Quartier Hardy
40140 SOUSTONS
leliegegascon@wanadoo.fr


TRAVAIL DE RELANCE

OBJECTIFS
L'association "LE LIÈGE GASCON" a pour but de coordonner et de développer toutes actions destinées à :
  Inventorier et faire connaître le potentiel des subéraies de l'Aquitaine, ainsi que leur aptitude à l'exploitation de leur liège dans un esprit de préservation des milieux naturels et dans un souci de gestion durable.
  Préparer et organiser les récoltes annuelles de liège des régions concernées et pérenniser la filière liège d'aquitaine
  Favoriser la connaissance de la filière liège et de l'ensemble de ses acteurs
  Faire connaître les compétences respectives des professions de la forêt et de l'industrie du liège afin de promouvoir l'authenticité de leur relation et de permettre le suivi du liège des subéraies jusqu'aux transformateurs de liège.
 Préserver, développer et valoriser par tous les moyens y compris la protection, les connaissances techniques et le savoir-faire local, et favoriser le travail et la main d'œuvre locale pour le travail du liège de la forêt à la production finale.

POURQUOI ?
Le Chêne-liège est naturellement présent dans la forêt landaise.
Lors de la tempête de fin 1999,  la gestion des forêts a été remise en cause, et aujourd'hui est prônée une biodiversité garante de remparts naturels contre les aléas climatiques mais aussi sanitaires.
Véritable patrimoine local, le Chêne-liège est naturellement présent dans la forêt landaise, mais il n’est plus exploité à l’heure actuelle. En raison des pratiques culturales intensives au profit du Pin maritime, il régresse et risque un jour de disparaître.
Comme tout patrimoine, il demande à être préservé, protégé et développé.
Pour ces raisons, notre association de professionnels du Sud des Landes utilisant le Liège comme matière première dans leurs activités se sont regroupés autour d’une volonté de création d’une véritable filière liège gasconne.
Ce projet entre dans le cadre de plusieurs objectifs associés d'aménagement du territoire :
  récolte et valorisation économique du liège,
  intérêt du Chêne-liège dans les cadres phytosanitaire et DFCI.
  rôle écologique, culturel et paysager de l'écosystème subéraie.

COMMENT ?
Après l’inventaire de la ressource existante, la relance de la filière liège gasconne s’oriente aujourd’hui vers deux types d’actions principales :
  la récolte et la valorisation de l’existant, amorcées depuis 2000 sur notre initiative,
  la promotion et le développement du Chêne-liège, en profitant de la dynamique naturelle et par des essais de plantations
La récolte et la valorisation de l’existant passent notamment par la remise en production des arbres non exploités depuis plusieurs décennies, ainsi que par le démasclage des arbres qui n’ont jamais été écorcés. Une première levée dont les produits (liège surépais et liège mâle) seront de mauvaise qualité, est nécessaire afin que repousse, en 10 à 15 années, un liège de bonne qualité utilisable dans nos industries (liège femelle). Ainsi, notre action s’inscrit dans le long terme.
Afin que les générations futures puissent profiter de cette ressource, notre démarche doit s’inscrire dans une optique de gestion durable.
Pour cela,  les récoltes sont planifiées dans le temps afin d’assurer une production de liège continue et homogène d’années en années.
D’autre part, une charte de bonnes pratiques de la levée de liège a été mise en place dans la région afin de préserver la pérennité de la ressource en liège.
Le Chêne-liège est encore trop souvent considéré comme un concurrent du Pin maritime  et systématiquement éliminé lors des débroussaillements et des coupes rases. Sa promotion en tant qu’allié reste à poursuivre, notamment dans les zones où la culture du Pin maritime est remise en cause pour des raisons phytosanitaires ou en raison de difficultés d’exploitation sur les reliefs.
Il ne s’agit donc pas d’opposer le Chêne-liège au Pin maritime, mais d’encourager le développement de ce feuillus en accompagnement du Pin, notamment sur les zones suivantes :
  En lisière des peuplements de Pin, le long des voies et des parcelles,
  Sur les pentes des tucs, sur lesquelles l’exploitation mécanique du Pin est difficile et où le Chêne-liège se développe particulièrement bien,
  Dans les trouées d’armillaire (champignon pourridé racinaire du Pin), dans lesquelles la culture du Pin est économiquement et écologiquement hasardeuse,
  En mélange en faible densité ou en îlots dans les parcelles de Pin où le Chêne-liège se régénère naturellement et dont le propriétaire souhaite diversifier le peuplement.

Économiquement avantageuse, la régénération naturelle abondante du Chêne-liège dans le Marensin est un atout dont il faut profiter dans le cadre de la relance de la filière. Toutefois, la plantation doit être expérimentée également car un besoin existe, dans un but ornemental ou dans des zones dépourvues de régénération naturelle.



HERITAGE


Conscients d’être les héritiers d’une longue tradition locale et désireux de valoriser un patrimoine original mais délaissé, quatre industriels landais du liège sont regroupés au sein d’une association, « Le LIÈGE GASCON ».
Cette association vise à l’étude, la connaissance, la promotion, le développement et la pérennisation de la filière liège d’Aquitaine, depuis l’arbre, le Chêne-liège, jusqu’à la mise en œuvre du liège, en passant par sa récolte.Son objectif est ainsi la mise en valeur de cette ressource locale, de ses utilisations et du savoir-faire qui s’y rattache, dans un souci de développement durable et dans un esprit de regroupement et de concertation de l’ensemble des acteurs de la filière.
Son action s’inscrit dans le long terme, en raison du temps nécessaire à la remise en production des chênes-lièges qui n’ont pas été exploités depuis plus de 40 ans. Cette action doit permettre aux générations futures de bénéficier à nouveau en Gascogne de cette ressource rare et unique.

Cette relance est réalisée avec le soutien du Pays Adour Landes Océanes, l’appui financier de l'Union Européenne, du Centre de Productivité et d’action Forestière d’Aquitaine, du Conseil Départemental des Landes et du Conseil Régional d’Aquitaine, et s’effectuera en partenariat avec le Groupement de Productivité Forestière Sud Landes, le Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest, l’O.N.F. des Landes, les Communes Forestières du Marensin, les entreprises locales concernées et l’Institut Méditerranéen du Liège.



Le programme de la filière liège en Maremne et Marensin porté par le Pays Adour Landes Océanes a été labellisé pôle d'excellence rurale.


Le jury de déontologie publicitaire (JDP)  a rendu une décision positive suite à la plainte déposée par notre association et  l'IML concernant la publicité E.Leclerc « Les bouchons à vis, une vraie révolution ! »  avec 8 raisons de les apprécier par rapport aux traditionnels bouchons en liège, dont le point n° 8 qui précise : « les forêts de chênes liège centenaires, arbres de plus en plus rares, sont préservées »